5 juin 2017

Les données, nouvel enjeu géopolitique (Observatoire du monde cybernétique)

Souvent qualifiées de « nouvel or noir », les données constituent désormais un véritable enjeu de pouvoir entre les Etats qui veulent s’assurer le contrôle sur celles qui circulent sur leur territoire, et entre les entreprises privées qui fournissent les réseaux qu’elles empruntent. Véritable richesse immatérielle, nouveau capital virtuel, l’intérêt qu’elles suscitent reflète bien les transformations que connaît la géopolitique à l’ère numérique : remise en cause des frontières physiques nationales, affirmation d’acteurs privés et non étatiques, « numérisation/digitalisation » des conflits (revendications de souveraineté sur le cyberespace, attaques informatiques) Outre l’information elle-même, c’est en effet la façon dont les données sont générées (et par qui), dont elles circulent, et la façon dont elles sont stockées, qui font des données une ressource précieuse. Maîtriser la donnée suppose de maîtriser ses moyens et ses conditions de production, ses canaux de transmission, et son mode et son lieu de stockage. La donnée, ainsi créatrice de valeur et de pouvoir « fait le lien entre espaces physiques et numériques. »7 Elle est au coeur de l’interpénétration de deux univers qu’a priori tout oppose, la géopolitique qui s’intéresse aux rapports de force entre Etats en tant qu’entités délimités par des frontières nationales, et le monde virtuel du cloud computing qui présente par définition un caractère transnational et s’affranchit des frontières physiques. En s’imposant comme un élément central des relations internationales, elle reconfigure les rapports de forces sur la scène internationale et donne lieu à de nouvelles représentations de souveraineté.

Les données, omniprésentes dans un monde bouleversé par la transformation numérique, participent à la redéfinition des territoires et à l’émergence d’espaces d’échanges et d’interactions d’un type nouveau. (…)

Cliquez ici pour lire la suite de cette note

Cette note a été rédigée par CEIS dans le cadre de l’Observatoire du Monde Cybernétique (OMC) animé par CEIS pour le compte de la DGRIS du Ministère de la défense.

Accédez aux publications de l’Observatoire du Monde Cybernétique sur le site du Ministère de la défense