30 juillet 2015

[Note Stratégique] La Réserve Opérationnelle en France – Opportunités et défis d’une réforme attendue

Les réformes de la Réserve Opérationnelle depuis 1872 montrent que celle‐ci a toujours été dimensionnée pour venir en soutien de l’Armée, que ce soit dans les opérations extérieures ou pour la protection du territoire national. Dans le cadre de profondes réflexions autour du rôle des Armées, du fait de leur mobilisation de plus en plus forte dans les opérations intérieures, la Réserve Opérationnelle est aujourd’hui au coeur des débats. Un recours et emploi plus efficace de la Réserve Opérationnelle semblent aujourd’hui nécessaires pour soutenir les personnels d’active.

Actuellement, la Réserve Opérationnelle est composée de citoyens français volontaires mais aussi d’anciens militaires d’active ou du contingent qui ont souscrit à leur initiative un engagement à servir dans la réserve (ESR). Ces hommes et ces femmes servent en unités ou dans les états­‐majors, sur le territoire national et sur les théâtres extérieurs, et se voient confier les mêmes missions que les militaires d’active. Au 31 décembre 2013, le nombre de réservistes opérationnels s’élevait à 56.262, gendarmerie nationale incluse.

Il existe aujourd’hui un réel besoin et une véritable opportunité de renforcer la Réserve Opérationnelle pour soutenir des Armées engagées sur de nombreux fronts, à la fois sur le territoire national et en opérations extérieures. Dans le cadre des réflexions actuelles autour d’une réforme de la Réserve Opérationnelle, des leçons peuvent être tirées des modèles anglais et allemands. Diverses pistes de réflexion et de réformes sont mises en avant dans les débats sur la réforme de la Réserve Opérationnelle en France. Les prochans mois montreront s’il existe une réelle volonté de réformer la Réserve Opérationnelle sur le long terme et aù-delà des seuls effets d’annonces réagissant à l’actualité, comme ce fut le cas suite aux attaques dont la France a été victime au début de l’année 2015.


A propos des auteurs :

Olivia Cahuzac-Soave est Consultante senior et a rejoint CEIS-Bureau Européen en février 2011. En plus de ses missions de conseil et d’analyse sur les questions de défense et de sécurité, Olivia participe aux projets européens menés par CEIS, notamment dans les domaines de la sécurité civile et de la gestion de crise.

Etienne Daum est Manager chez CEIS en poste depuis 2007, assure au sein de CEIS le pilotage de la veille stratégique concernant le secteur aéronautique. En plus de missions de veille récurrentes au sein de CEIS, Etienne Daum mène des études concurrentielles sur des acteurs majeurs du domaine aéronautique. Il réalise également des études de marché intégrant l’aspect utilisateurs et l’aspect industriels pour des segments précis du marché aéronautique.