8 septembre 2014

[Note Stratégique] Le MCO aéronautique : un enjeu pour la cohérence capacitaire des armées

La question du MCO aéronautique mobilise les esprits et fait couler beaucoup d’encre, comme en témoigne le volume de rapports, missions et autres audits qui se sont succédés au sein des états-majors, des inspections, du Contrôle général des armées, des commissions parlementaires, de la Cour des comptes.

Cela sans omettre les cabinets de consultants.

Alors pourquoi rédiger une telle note ?

Au regard de son importance mais également de sa complexité, il nous a semblé utile de reposer le contexte, rappeler les concepts, définitions et fondamentaux du MCO sans lesquels il est illusoire de vouloir comprendre la question.

Vu l’ampleur de la question, nous avons souhaité nous limiter dans un premier temps à la vision des acteurs étatiques, et notamment les armées, premières concernées. Il s’agit ici de replacer le MCO dans la logique opérationnelle et la cohérence d’ensemble des armées. L’objectif étant de comprendre les contraintes et points de vue de chacun des acteurs.

Pour autant, cette note n’élude pas la question des acteurs privés, totalement impliqués dans le « système MCO ». Ainsi, une fois cette vision et ce contexte étatique présentés, il nous apparaît qu’il faudra nous tourner vers les acteurs privés pour venir croiser leur perception et leurs idées.

Cette note n’a pas la vocation ni la prétention d’étre une étude de plus. Il ne s’agit pas d’apporter des solutions mais de permettre à chacun, au sein des armées, de l’administration, de la sphère parlementaire et du secteur privé de comprendre pour ensuite se faire sa propre opinion.

Elle ne se veut pas non plus être une note « encyclopédique » issue de l’étude exhaustive de nombreux documents. A quelques exceptions près, elle est en effet le fruit du seul recueil croisé d’analyses et de points de vue de l’ensemble des parties prenantes au MCO aéronautique étatiques. L’intérêt était ici de souligner les attentes de ces acteurs, mais également leur vision, parfois différente les uns des autres.

De ces idées, nous avons essayé, parfois non sans mal, d’en extraire une synthèse qui, nous l’espérons, pourra donc constituer une photographie à partir de laquelle chacun pourra se faire une opinion mais également, réagir, interroger, puis, éventuellement apporter sa contribution.

Nous espérons que ce double objectif de pédagogie et de « point fixe », sera atteint.

Bonne lecture !

Etienne DAUM
Vincent PATERNOGA
Luc VIELLARD