14 septembre 2017

[Note Stratégique] Le Plan d’action de la Commission européenne pour la Défense – une initiative encourageante mais à l’avenir encore incertain

L’évolution du contexte géostratégique observée ces derniers mois (Brexit, élection de Donald Trump à la Maison Blanche, dégradation de la situation sécuritaire aux frontières de notre continent) a fait émerger au sein de l’Union européenne à 27 un débat jusqu’alors esquivé sur l’autonomie stratégique de l’Europe.

Fort de cette prise de conscience « stratégique », le Conseil européen a décidé de dynamiser la coopération entre les Etats membres en matière de défense et de sécurité. La Commission européenne a ainsi présenté le 30 novembre 2016 un « Plan d’action européen de la Défense » où, pour la première fois, cette institution affiche le souhait de s’impliquer dans le financement de la Recherche et Développement (R&D) de défense d’une part et de capacités de défense communes d’autre part. Cela marque une rupture et un changement de paradigme dans l’histoire de la Défense européenne car jusqu’ici les questions de défense ont toujours été considérées par Etats membres comme relevant du domaine réservé, le rôle de la Commission demeurant très limité voire quasi-inexistant jusqu’en 2009.

L’objectif de cette note stratégique est d’apporter un éclairage sur cette initiative, d’en présenter les grandes lignes ainsi que les défis sous-jacents.

Cette note stratégique est préfacée par Patrick Auroy, ancien Secrétaire général adjoint de l’OTAN et ancien Directeur général adjoint de la DGA (Direction générale de l’Armement).

Rédigée en avril 2017, cette note a fait l’objet d’une actualisation en juillet 2017 pour prendre en compte les derniers développements dans ce dossier, en particulier la présentation courant juin d’un projet de Règlement par la Commission pour un « programme européenne de développement industriel dans le domaine de la Défense ».

A propos de l’auteur :

William Pauquet est diplômé de Sciences Po Grenoble et de l’Université Paris-II Panthéon-Assas. Il a rejoint le Pôle Défense et Sécurité de CEIS en 2011 où, via ses travaux de veille et d’analyse il s’est spécialisé dans l’analyse des industries de défense. Il a notamment développé une expertise sur le secteur naval, l’aéronautique ainsi que sur les problématiques liées à la cybersécurité.